Stéphane VENOT

 

NÉ LE 17 Aoút 1959 À PARIS

 La peinture peut avoir un pouvoir de   suggestion, mais je pense que le peintre ne doit pas  entreprendre de suggérer quelque chose, si grande soit son envie, ses efforts seraient vains, car à mon sens, il aurait alors éliminé l'essentiel de l’acte de peindre.

Mon travail est en relation avec cette conviction.

Les choses que l'on peut nommer et celles qui peuvent être comparées à ce qui apparaît sur la toile, concentré sur la matière, la couleur, la forme et à ce que je suis prêt à accepter ou à refuser.

On associe toujours la peinture à celui ou à celle qui l’a faite, ce qui est normal ; le peintre est une sorte de médium, se servant de ce qu'il sait, de ce qu'il est.

C'est essentiellement pendant le travail que mes choix sont effectués sans plan préétabli. Les choses se font, se défont suivant le jeu qui a pour règle d`être attentif. Ce que je souhaite, c'est que ma peinture devienne autonome une fois terminée, qu'elle ne «m'appartienne›› plus, et qu’alors, le regardeur puisse se l'approprier, y trouver une parcelle de ce que nous avons en commun, de ce que nous sommes.